Les Âmes Croisées

Jeu de RPG pour ceux qui ont toujours voulu faire partie du monde Des Âmes Croisées de Pierre Bottero
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]

Aller en bas 
AuteurMessage
Walor

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 28/09/2011

Personnage
Nom de famille: Teach
Age: 20 ans
Fonction: Géographe

MessageSujet: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Dim 9 Oct - 13:42

Pressé, Walor courrait à travers la ville. Il évita un ou deux perles, salua le libraire et passa du coté de la ville des cendres. Là, il fut ralenti par une foule plus dense. Dans sa précipitation, il renversa un étale de pommes. Tout confus, il s'excusa auprès de la marchande, qui de colère, l'obligea à ranger ses précieuses pommes.
Le géologue ne pensa même pas un moment à faire valoir son titre de Perle, et rangea avec empressement le désordre ainsi causé. Enfin calmée, la mégère le laissa partir et Walor se remit à courir. Il se faufila à travers la foule et s'arréta finalement devant une belle taverne. Dans le plus pur style de la ville d'Anknor, celle-ci affichait le doux nom du "Cochon pendu".
Walor entra et demanda la patronne. Une jolie brune, aussi jeune que le géologue, apparut par une porte dérobée. Habillées d'une robe marron, un châle breton lui enserrait la tête. Quand elle vit Walor, son franc sourire se figea et ses yeux le fusillèrent du regard. Puis avec une grande vélocité, elle sauta par-dessus le comptoir et enserra avec force le géologue. Celui-ci lui rendit son étreinte, puis baissa la tête quand la patronne se mit à hurler :

" Cela fait plus d'une semaine que je n'ai pas de nouvelles de toi. Une semaine. Te rends-tu compte que j'étais morte d'inquiétude ? Non mais quelle idée, tu faisais quoi chez tes potes les perles, hein ? Tu cherchais un moyen de nous rendre la vie plus dure, c'est ca ? "

Walor l'embrassa alors sur la joue, ce qui sembla la calmer. Puis il se justifia :

" Tu me connais voyons, je ne pourrais jamais vous abandonner ! Surtout quand la femme que je préfère tiens la meilleur taverne du coin. Tes plats sont excellents, tu bats à plate couture la cuisinière du palais !
Ecoute plutôt ce que j'ai à te dire. Pendant cette semaine, je n'ai pas arrêté de faire des recherches sur un engin qui permettrait de voler. Malheureusement, je n'ai rien trouvé. Mais j'ai tellement cherché, que hier complètement crevé, je me suis endormi sur la table.
En me réveillant, il y avait le fou du roi, qui surement prise de pitié, à voulu m'aider. Je lui ai donc expliqué mon problème, et on a rendez-vous, devant la ville. Elle connaîtrait un endroit susceptible de m'aider. Mais je dois faire vite.
Mes affaires sont toujours dans ma chambre ? "

Avec un soupir de déception, surement parce que Walor ne restait pas très longtemps, la patronne lui fit un hochement de tête. Walor lui refit un bisous sur la joue, lui assura que la prochaine fois il resterait manger puis il monta à l'étage. Dans sa chambre, Walor prit son manteau trois-quart et mit des affaires de survies dans un grand sac, dont notamment son hamac. Toujours utile un hamac.
Ensuite, il descendit quatre à quatre les marches, salua la belle brune et piqua une chope de bière qu'une servante apportait à une table voisine. Puis il ouvrit avec hâte la porte et sortit comme une balle dehors. Tellement vite, qu'il bouscula une cendre qui passait par là. Il s'excusa une nouvelle fois, et l'aida à se relever. Décidément, le jour d'aujourd'hui n'était pas son jour. Il allait repartir en courant quand il remarqua que la cendre l'observait avec un drôle d'air. Une ampoule s'alluma et le déclic se fit enfin : c'était Calypso, justement celle qu'il cherchait.

" Et bien, prête pour l'aventure ? " lui demanda t-il.

Ce qu'il n'avait pas remarqué, c'est la servante sur le seuil de la porte de la taverne, qui les regardaient tout deux avec insistance.


Dernière édition par Walor le Jeu 20 Oct - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elityel

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 11/10/2011

Personnage
Nom de famille: Muirenval
Age: 18
Fonction: Cendre (Serveuse)

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Mer 12 Oct - 6:54

Elityel se réveilla à la douce voix de sa mère. Il était temps d'y aller, cela avait déjà commencer. Sa mère et son père lui dirent au revoir, mais elle insista pour venir avec eux. Après quelque échange bien enthousiaste, ils cédèrent. Elle troqua sa chemise de nuit pour un tailleur orange, une jupe verte et ses longues bottes qu'elle aimait tant!

Les trois membres de la famille sortirent et marchèrent un long moment. Par contre, pendant tout le trajet, pas une seule fois elle ne se plaignit, trop excité au fait d'aller défier l'autorité pour contesté la fin des scribes...

Arrivant sur les lieux, elle fut non seulement étonnée, mais également émerveillée par le nombre de personnes qui s'était mobilisées. Puis, tout se passa très vite. La manifestation se changea en grabuge et les Armures débarquèrent. Quelques minutes plus tard, elle se retrouva dans un bain de sang. La peur la tétanisa et elle ne pensa même pas un seconde à combattre. Elle était pétrifié au milieu de ce funèbre spectacle.

Une Armure, les yeux injecté de sang, le corps recouvert du précieux métal, se faufila dans son dos. Elityel l'entendit et se retourna. Elle se pris un coup de lame au bas ventre et tomba au sol, sous la violence du coup. L’Armure la délaissa pour morte et se retourna vers les cible les plus proche... Ses parents!

Couchée au sol, en plein milieu de l'enfer du combat et le ventre ouvert, elle assista à la mort douloureuse que l'armure infligea à ses parents. En quelque seconde, elle bascula dans l'inconscience.


Un cri perça sa gorge lorsqu'elle se réveilla du redondant cauchemar, réveillant d'un bond également la femme avec qui elle avait partagée sa couche. Vivre dans un maison commune, c'est à dire une maison pour sans-abris, n'était pas toujours facile. La veille, elle avait réussi à avoir une couche, ce qui était rare! La femme qui lui avait permit de dormir sur sa couche (elle était arriver avant Elityel) lui demanda ce qui se passait.

-Ce n'est rien... juste un cauchemar...


Cette dernière retomba immédiatement dans son sommeil presque léthargique. Elityel pris son sac à dos qui contenait ses maigres possessions et quitta la maison commune. Pendant les dix minutes de marche entre ''sa'' maison et la taverne où elle travaillait, elle repensa à ce cauchemar qui était plus un mauvais souvenir qu'un absurde rêve. Elle ne pu s'empêcher de noter qu'elle portait le même linge que cette journée là...

Elle arriva à la taverne une trentaine de minute avant de commencer son quart de travail. La patronne, une belle brunette assez jeune qui lui permit de manger gratuitement et de se faire une rapide toilette. Puis, elle commença son quart de travail. Bien que cela faisait un peu moins qu'une semaine de qu'elle y travaillait, la jeune femme avait rapidement appris les rouages du métier. Toute la journée, elle n'avait hâte qu'à une seule chose: finir son quart de travail. Elle détestait ce job, car le salaire était moyen et les pourboire faible. Également, elle avait toujours détesté les ivrogne aux mains baladeuses et Dieu sait qu'il y en avait, dans la ville Cendre!

Presqu'à la fin de son quart, un homme entra et demanda ilico-presto la patronne. Jamais elle n'avait vu cette dernière fusiller quelqu'un du regard de cette façon, pas même lorsqu'elle avait échappée un plateau plein de chope de bière sur des client, lors de son premier quart de travail. Quelque chose lui sembla déplacer... et elle ne parlait pas du ton de leurs voix ou de leurs embrassades, mais de quelque chose de subtil sur laquelle elle n'arrivait pas à mettre le doigt.

Puis, fixant intensément l'homme, la vérité la frappa. C'était un Perle! Un Perle qui embrasse un Cendre sur la joue et qui a l'air de se soucier d'elle? Pff...!

Dès que l'homme tourna les talons, volant une bière sur son plateau, sa patronne sourit et s'enferma de nouveau dans son bureau... Puis, un bruit de collision attira son attention. Elle se faufila jusqu'au seuil de la porte et vit quelque chose qu'elle n''aurait jamais penser voir. l'homme, qui était sois dit en passant loin d'être laid, avait renversé une Cendre... Et l'aidait à se relever!

Elle les fixa, visiblement intrigué par le géologue...
Revenir en haut Aller en bas
Calypso
Admin
avatar

Messages : 2012
Date d'inscription : 14/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans le monde bleu des rêves

Personnage
Nom de famille: Sinilger
Age: 20
Fonction: Cendre, fou du roi

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Mer 12 Oct - 20:42

Calypso courait. Où ? Aucune idée. Elle courait. Et en même temps était immobile. Elle voyait les rues défiler autour d'elle, mais c'était comme si elle avançait sans courir. Mais très vite. Elle devait être dans la rue cendre. Ou pas après tout. Sauf qu'en fait si. Puisqu'elle venait d'arriver dans cette rue... Elle portait alors ses vêtements simples, sans aucunes marques de sa fonction, sans aucunes marques de sa place... En fait, ce n'était pas vraiment elle. Juste à moitié. Elle était à deux endroits à la fois. Il y avait elle même, qui était immatérielle, un rêve en sorte, et elle même, qui était là à marcher tranquillement dans la rue... Et qui s'était fait casser la cheville. Et même elle, alors qu'elle était sans forme, le sentait encore. Elle voulait crier, mais elle n'avait pas de voix. Puis elle arrivait dans le palais. Et elle se voyait arracher, déchirer en morceau sa robe bleue magnifique de soirée... S'enlever d'une main brutale les pinces de sa coiffure... Retour dans la rue cendre. Elle, allongée au sol, en train de hurler. Elle en train de pleurer dans le palais. En train d'essayer de se relever. En train de se regarder dans un miroir. En train de retomber sous les rires. En train de découvrir l'horreur. Les insultes. Le maquillage qui coule. L'humiliation. La solitude devant elle même. Les pleurs. Les pleurs. La marche boitante. Le visage sous l'eau. Tomber. Se rhabiller. S'assoir. Se recoiffer. Éclater en sanglots. Éclater en sanglots. Crier au monde qu'on ne veut plus souffrir. Crier au monde qu'on ne veut plus être une cendre. Crier au monde qu'on veut mourir. Crier au monde qu'on veut revenir en arrière. Crier. Crier. Crier. Crier...

Calypso se redressa en sursaut. Avait-elle crié ? Elle était couverte de sueur. Dans cette pièce sombre, elle pouvait entendre son souffle, les battements effrénés de cœur, sentir le tremblement de ses mains, et la chaleur de son souffle... Elle se laissa retomber dans son lit. Quelle heure était-il ? Surement l'heure de se lever. Encore un mauvais rêve. Un mauvais rêve qui n'avait aucune raison d'exister. Puisque c'était un mélange de rêve et de souvenir. Souvenirs douloureux des deux jours précédents. Souvenir de cette fête au palais et de cet instant où elle avait la bonne idée de ne pas applaudir deux « brillants » artistes... Souvenirs douloureux, de souffrance, physique puis morale. Ses rêves seraient-ils donc sadiques au point de réunir les deux ?

Bref. Elle voyait les rayons du soleil percer entre ses rideaux fermés rapidement hier soir, après la fête. Donc il fallait qu'elle se lève. Elle avait quelque chose à faire ce matin. Mais pas moyen de se rappeler quoi. Son esprit était embrumé par la peur de son rêve et le réveil trop brutal. Mince, concentration. Elle était Calypso, elle pouvait tout de même trouver son emploi du temps de la journée ! En effet. Un rendez vous avec un géographe à la taverne. Elle devait se dépêcher.

Elle l'avait rencontré hier, alors qu'il sommeillait sur un des bureaux de la salle des géographes, au palais. Elle ne savait même pas pourquoi, en passant, elle avait jugé bon d'ouvrir la porte, ni pourquoi elle s'était approché de cet érudit endormi. En tout cas, elle l'avait réveillé, et même si elle n'avait pas tout compris à ce qu'il lui avait raconté, elle s'était sentit obligée de l'aider. Généreuse Calypso... Trop généreuse par moment. Mais après tout, pourquoi s'en vouloir, elle n'était qu'une simple cendre, obligée de se plier à une volonté plus grande qu'elle, que ce soit Kaiya, les perles ou le roi... Un rictus apparut sur ses lèvres alors que ces pensées lui traversaient la tête. Qu'elle se faisait bien rigoler quand elle essayait de penser en tant que cendre ! Elle n'avait pas le temps de choisir ses vêtements. Pas le temps de passer du temps dans sa chambre. Elle était déjà en retard. Elle prit les premiers vêtements, une tunique et des braies, comme toujours, en espérant que les couleurs seraient assorties un minimum, lorsqu'elle sortirait de l'obscurité de la pièce. Elle laça ses longues bottes, se fit une rapide queue de cheval, et sortit du palais.

C'est alors qu'elle constata qu'elle avait mit exactement les même vêtements que dans le rêve ou elle se cassait la cheville. Prémonition ? Hasard ? Elle n'avait pas le temps de s'interroger. Elle voulait juste courir pour arriver un peu à l'heure. Elle atteignit enfin la taverne... Et bien sûr fonça dans l'homme qui venait de sortir. Hasard ? Ou pas ? Mais en tout cas c'était l'homme était justement son géographe. Elle soupira, et remarqua qu'une servante de la taverne se tenait justement sur le seuil de la porte. Elle avait surement entendu le bruit de sa chute.
- Et bien, prête pour l'aventure ?

Sans hésiter, elle afficha un grand sourire, se releva, et répondit :
- Bien sûr... Mais pourriez vous juste me ré expliquer rapidement, car j'avoue avoir un peu oublié... J'ai vécu des évènements... Fort depuis que nous nous sommes rencontrés, et mon cerveau à malheureusement préféré ne pas conserver cette information.

[et là au pire on retourne dans la taverne comme ça Elityel peut nous parler ^^]

_________________
Jeune blanc bec repue de ta gloire,
Victime de la mode !
Pauvre barbare fougueuse et tendre
Qui touche à mes lauriers...


Revenir en haut Aller en bas
http://danse-la-vie.skyrock.com/1.html
Walor

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 28/09/2011

Personnage
Nom de famille: Teach
Age: 20 ans
Fonction: Géographe

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Dim 16 Oct - 7:47

Le choc a dû être un peu rude pour le pauvre fou du roi. Voilà qu'elle ne se souvenait même plus de ce qui s'était passé la veille au soir. Mais que cela ne tienne, Walor était bien décidé à remédier à ce léger défaut de mémoire. A bien y réfléchir, elle n'avait pas l'air dans son assiette. Et pour les coups de blues, rien de tel qu'un bon grog bien chaud du « cochon pendu ». La cendre semblait avoir du mal à marcher, une légère boiterie à peine décelable. Walor faillit se renseigner à ce sujet, mais ne dit rien. Après tout, à chacun ses blessures.
La serveuse qui les observait toujours avait la tête des gens qui ne comprenait pas. Walor lui expliqua gentiment que la madame avait besoin d'un remontant, et que le grog « spéciale de la patronne » ferait surement l'affaire. Le géographe se souvenait de ces soirées, où agglutinait devant le feu, les deux se racontait des histoires plus incroyables les unes que les autres.
Ils s'assirent à une table, et attendirent leurs boissons. Walor essaya de dérider un peu le fou du roi, qui était perdue dans ses pensées. Quand le grog arriva, Walor entra dans le vif du sujet. Deux paires d'oreilles attentives l'écoutèrent parler. Deux, car l'apprentie tavernière écoutait elle aussi.

« Depuis que je me suis réveillé, je cherche à voler dans les airs. Pour cela, il me faut une machine volante. Ho, ne vous inquiétez pas, j'en ai déjà parler à un ingénieur, et on réfléchit sur le sujet. Le problème vient de l'alimentation. On a pas encore trouvé de carburant nécessaire pour faire avancer l'engin. Cela fait donc plus d'une semaine que je cherche et trifouille dans les profondeurs de la bibliothèque pour trouver quelque chose. Mais rien. Que dalle. Niet. Nada. C'est à ce moment que vous intervenez Calypso. Je peux vous appeler Calypso ? Vous m'avez surpris alors que je piquais un petit somme réparateur. Ne faites pas cette tête la voyons, je le rendrais voyons. Enfin bref, vous m'avez dit que vous connaitrez un endroit susceptible de m'aider. Mais je n'ai pas bien compris si vous parliez de livres enfouies sous une grotte ou de bibliothèque cachée.
Vous ne trouvez pas qu'il fait faim ? Tavernière, apporte nous de quoi grignoter. »

Cela faisait effectivement plus de quinze minutes que le géographe échangeait avec la cendre, et il commençait à avoir sérieusement faim. Un saucisson fut amené par jolie brune. Surpris, Walor demanda où était passée la serveuse. Elle lui apprit qu'elle avait fini son service, et qu'elle s'apprêtait à partir.
Le géographe pensa alors qu'elle devait avoir elle aussi un petit creux et l'invita à partager son saucisson. Un saucisson, ça se mange à plusieurs. C'est un des grands principes qui régit la vie des Teach.
Pendant que Calypso expliquait où elle pensait se rendre, Walor surprit le regard de la serveuse.

« Suis-je bête, je ne me suis même pas présenté. Walor, pour vous servir. Mais j'y pense, nous aurions peut-être besoin de mains supplémentaire pour notre voyage. Cela vous tenterait-il, Mademoiselle ... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Elityel

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 11/10/2011

Personnage
Nom de famille: Muirenval
Age: 18
Fonction: Cendre (Serveuse)

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Lun 17 Oct - 18:21

La jeune femme continua son service, visiblement déconcentrée par l'ironie et les manières inhabituelles du jeune homme. Elle lui donnait environ 20 ans, bien qu'il avait l'air plus mature que son âge. Elle fit quelques petites gaffes qui lui valurent quelques réprimandes minime de la part de sa patronne, la jolie brune. Lorsque l'homme lui demanda un grog spéciale de la patronne, elle eut un regards d'incompréhension... Bien sur qu'elle savait ce qu'était le grog, mais elle était abasourdie par la politesse et le ton qu'employait le géographe envers une cendre... Ce n'était pas tout les jours qu'elle avait droit à une gentilesse pareil! En général, les cendres étaient vraiment traitées comme des esclaves par les perles...

Peut-être est-il différent des autres? Peut-être que les géographes ne sont pas comme je le pensais... Non, je divague, ils n'ont rien fait eu non plus pour les scribes...

La jeune femme hantée par son passé troublé, elle ne pouvait s'empêcher d'écouter l'homme parlé, ce qui lui firent l'effet de millier de question se bousculant dans sa tête.

Qui est-il? Que fait-il ici? Pourquoi ses comporte-t-il de cette façon? Que pense-t-il des Cendres? Que veut-il?


Comme pour répondre à sa dernière interrogation mentale, il la sorti de sa rêverie en lui rappelant qu'il voulait les deux grogs... Elle s'exécuta et les lui amena tout sourire. Puis, tendant l'oreille de façon indiscrète, elle écouta le discours de l'homme tout en servant la table voisine.

Voler? Bibliothèque secrète? Livres enfouis?

Ses quelques mots lui mirent sérieusement la puce à l'oreille. En tant qu'ancienne aspirante scribe, elle adorerait tout ce qui touchait au livre, à l'écriture et à la littérature... Si une bibliothèque était cacher quelque part, elle devait la trouver, ne serait-ce que pour lire les soit disant livres... Dommage qu'elle n'ait pas plus d'argent que cela, puisqu'elle adorerait pouvoir avoir sa propre bibliothèque ou ses propres livres... Hélas, pour se payer cela, il lui fallait premièrement une maison et pour avoir cela, il lui fallait travailler. Parlant de travail, elle se rendit compte que son quart de travail venait de se terminer. Elle délivra son ultime commande et alla`enlever son uniforme.

Lorsqu'elle revint dans la salle, avant de quitter l'établissement, son regard croisa celui de l'homme en question. Ce dernier l'invita à manger avec eux. Elle accepta soufflant un petit merci presque inaudible. Elle prit place avec eux et il se présenta.

-Suis-je bête, je ne me suis même pas présenté. Walor, pour vous servir. Mais j'y pense, nous aurions peut-être besoin de mains supplémentaire pour notre voyage. Cela vous tenterait-il, Mademoiselle ...

La politesse de l'homme la surpris une fois de plus! Décidemment, ce cendre m'était pas comme les autres! De plus, était-il vraiment en train de l'inviter, elle, une petite serveuse de taverne qui avait épié leur conversation? Décidément, c'était un personnage très coloré! Sa réflexion ne fut pas longue... le simple mot ''Bibliothèque'' de tout à l'heure l'avait convaincu!

-Bien entendu que cela me plairait... mais pourriez-vous m'appeler Elityel... Mademoiselle est légèrement inapproprié pour une simple cendre...

Elle mit une légère emphase sur l'expression ''simple cendre'' et fixa l'homme droit dans les yeux, afin d'y voir sa réaction... Puis, détournant le regard vers la femme assise avec lui, elle se présenta dans une bonne et du forme.

Je me nomme Elityel Muirenval, enchantée de vous rencontrer!
Revenir en haut Aller en bas
Calypso
Admin
avatar

Messages : 2012
Date d'inscription : 14/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans le monde bleu des rêves

Personnage
Nom de famille: Sinilger
Age: 20
Fonction: Cendre, fou du roi

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Mer 19 Oct - 21:07

Calypso écouta attentivement tout ce que lui dit le géographe. Elle se souvenait maintenant... Elle se souvenait très bien même. Il devait la prendre pour... Une folle. Et pourtant, elle avait ses raisons. Qui n'aurait pas été perturbé à sa place ? Elle avait envie d'oublier ces derniers jours. De laisser son esprit se libérer. Ce qu'elle fit. Elle ne vit même pas la jeune serveuse arriver avec l'appétissant saucisson. Ses yeux fixaient un point invisible aux yeux de tous. Un point lointain. Peut-être une vie rêvée qu'elle avait perdu. Oui, mais quelle vie ? Il y a quelques semaines, quelques mois, dans son utopie, dans son monde parfait, elle était une armure libre, haut gradée, amie proche de la princesse, préparant son mariage en même temps qu'elle... Elle voulait une autre voie, un peu comme la sienne, mais plus libre... Enfin c'est ce qu'elle croyait. Et maintenant ? Et maintenant, elle se méprisait. Depuis la nuit précédente, elle avait incroyablement changé. Elle avait subit plus de souffrance en deux jours qu'en deux années. Juste parce qu'elle est une cendre. Durant toutes ces années, elle avait cru que le fait d'être fou du roi la rendait plus puissante que toutes les autres cendres. Et pourtant, hier, elle avait tant aimé redevenir une perle ! Et pourtant, maintenant qu'elle y pensait, elle voulait à tout prit gagner un statut qui lui donnerait du pouvoir... le pouvoir de discuter avec le prince sans se cacher, le pouvoir de châtier des cendres qui l'avait fait souffrir... Tout ce qu'elle pensait n'était pas bien. C'était contraire à tout ce qu'elle avait jusqu'alors comme principe.

-Suis-je bête, je ne me suis même pas présenté. Walor, pour vous servir. Mais j'y pense, nous aurions peut-être besoin de mains supplémentaire pour notre voyage. Cela vous tenterait-il, Mademoiselle ...

La jeune folle sursauta. N'était-elle même pas capable de suivre une conversation ? N'était-elle même pas capable d'aider une simple géographe ? Elle se sentait perdue. Que faisait-elle ici ? Pourquoi cherchait-elle a aider un perle ? Depuis quand était-elle amie des perles ? Elle ne savait plus quoi penser. Elle ne savait plus quoi faire. Mais maintenant qu'elle était là, elle allait oublier quelques secondes ses problèmes qui n'en étaient même pas. Durant quelques secondes, elle allait montrer à Walor, puisqu'il avait jugé bon de lui dire son nom, ce qu'il cherchait. Ce n'était pas une bibliothèque enfouie, ce n'était pas une cité enfouie, c'était juste un peu caché. Elle l'avait trouvé un jour par inadvertance. Il y a longtemps. Lors d'une balade à cheval avec son maître. Peut-être avait-il même fait exprès. Bref, elle doutait que des mains supplémentaires soient nécessaires. Cependant, si cela plaisait à cette jeune cendre, elle n'avait qu'à venir. Après tout, même si elle dénigrait sa condition, elle ne dénigrait pas les cendres, et au contraire compatissait avec leur condition. Si elle pouvait apporter un peu de bonheur dans le journée de cette jeune inconnue, après tout, pourquoi pas... ce serait de la joie qu'elle n'aurait pas, et après tout ce n'était pas dramatique. Elle n'avait pas besoin de joie, juste de solitude et de pleurs.

- Bien entendu que cela me plairait... mais pourriez-vous m'appeler Elityel... Mademoiselle est légèrement inapproprié pour une simple cendre... Je me nomme Elityel Muirenval, enchantée de vous rencontrer !

Alors que jusque là, Calypo était calme et même absente, les paroles de la servante de taverne parvinrent jusqu'à son esprit et la firent réagir brusquement. A non ! Elle n'allait pas s'y mettre aussi ! Elle était déjà dépressive, elle ne tenait en revanche pas à ce que le géographe soit accompagné d'une deuxième. Et puis, alors qu'elle avait quelques raisons, elle ne voulait absolument pas qu'une cendre loin du palais éprouve ça. Ainsi, elle lui répondit assez brusquement.

- Chère Elityel, comme toi, je suis une simple cendre, sans privilèges. Cependant, au palais, tout le monde m'appelle Mademoiselle Calypso, titre qui est largement mérité. Ainsi, je ne vois pas pourquoi je le posséderais plus que toi. Profite plutôt ! Il est rare de trouver des perles respectueux et attentionnés. Quand à vous, nous allons devoir prendre les chevaux pour aller jusqu'au lieu que je souhaite vous montrer. En avez vous ? En tout cas, je propose que nous ne nous éternisions pas ici.

_________________
Jeune blanc bec repue de ta gloire,
Victime de la mode !
Pauvre barbare fougueuse et tendre
Qui touche à mes lauriers...


Revenir en haut Aller en bas
http://danse-la-vie.skyrock.com/1.html
Walor

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 28/09/2011

Personnage
Nom de famille: Teach
Age: 20 ans
Fonction: Géographe

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Sam 22 Oct - 18:33

Walor fut surpris par la remarque d'Elityel. Voila qu'en une seule phrase, la serveuse avait remis le cadre dans lequel il était censé évoluer. Lui, un perle, maître de la cité et, elles, des cendres, esclaves d'après certains Perles.
Mais toutes ces idées qui plaçaient des personnes au dessus d'autre, Walor les rejetaient en bloc. Cela était à son éducation et à la largeur d'esprit de son père. Bien qu'extrêmement sévère, celui-ci était un excellent historien, qui préférait raconter la vie du peuple plutôt que celle de ses dirigeants. C'étaient, d'après ses dires, plus instructifs sur la vie d'un royaume.
Du coup, pendant toute son enfance, Walor vécut avec de nombreux et nombreuses cendres.

Il s’apprêta à clarifier son point de vue à Elytiel, quand Calypso, se réveillant soudainement, le fit à sa place. Il ne put qu'acquiescer :

" Tout comme Calypso, je ne vois pas pourquoi Mademoiselle serait inappropriée ! Mais si c'est trop cérémonieux pour toi, je peux toujours t'appeler Elityel seulement. " conclut-il avec un brin d'ironie dans la voie.

Passant du coq à l'âne, il parla cheval avec Calypso.

" Des chevaux ? Non, je n'en possède pas personnellement. Par contre, l'écurie du palais en prête bien généreusement. Il suffit de se faire passer pour une armure en mission secrète. Cela marche à tout les coups. Savez-vous montez Elytiel ? Sinon, vous monterez en croupe avec Calypso ou moi. "

Walor prit alors son baluchon, et accompagné de ses deux compagnonnes, il partit vers les écuries.

Quand ils passèrent la frontière invisible entre cité cendre et cité perle, il se retourna, sentant le trouble d'Elityel. Il lui fit un clin d'oeil et sourit.
Devant l'écurie, il conseilla à Calypso de commencer à seller les chevaux. Lui, il s'occupa de l'intendant.

" Bonjour, cher intendant.
- Ha, bonjour Armure. Encore une mission secrète ?
- Exactement, mais ce coup-ci, j'emmène deux cendres avec moi. Cela pose t-il un problème ? "

L'intendant tiqua, mais hocha de la tête. Surement que sur ce coup-là, Walor ne s'en sortirait pas aussi bien, mais il préféra ne pas s'en soucier pour le moment.
Ces formalités achevées, il fit un petit-tour à la cuisine. Il salua poliment la cuisinière, qui habitué à ses allers et venus lui passa à manger pour trois jours. Ensuite, il faudra se débrouiller autrement.

Il arriva enfin à l'écurie, et aida à finir de préparer les chevaux. Curieux, il posa quelques questions.

" Dites moi, Calypso. Vu que vous êtes le fou du roi, vous devez voir du beau monde, non ? Est-ce que vous croyait qu'il y aurait certains perles intéressé par une machine qui vole ? "

Ayant écouter attentivement la réponse, il demanda ensuite à Elytiel.

" Et vous, comment cela se fait-il que vous vous êtes retrouvée dans cette taverne ? Vous savez, je suis juste curieux. J'y ai passé quelques années dans cette taverne. "
Revenir en haut Aller en bas
Elityel

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 11/10/2011

Personnage
Nom de famille: Muirenval
Age: 18
Fonction: Cendre (Serveuse)

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Mar 25 Oct - 4:52

Après sa demande de l'abandon des termes cérémonieux normalement réservés au plus haut placé, elle fixa l'homme droit dans les yeux, afin de voir sa réaction. Elle y lu un soupçon de ridicule et une grande dose de respect. Elle fut coupée couper dans son ''analyse'' de réaction par les mots, légèrement brusque, mais bien attentionnés, de Calypso.

- Chère Elityel, comme toi, je suis une simple cendre, sans privilèges. Cependant, au palais, tout le monde m'appelle Mademoiselle Calypso, titre qui est largement mérité. Ainsi, je ne vois pas pourquoi je le posséderais plus que toi. Profite plutôt ! Il est rare de trouver des perles respectueux et attentionnés. Quand à vous, nous allons devoir prendre les chevaux pour aller jusqu'au lieu que je souhaite vous montrer. En avez-vous ? En tout cas, je propose que nous ne nous éternisions pas ici.

À peine eut-elle le temps d'assimiler ce que la jeune adulte lui disait que Walor renchéri.

- Tout comme Calypso, je ne vois pas pourquoi Mademoiselle serait inappropriée ! Mais si c'est trop cérémonieux pour toi, je peux toujours t'appeler Elityel seulement.

La jeune femme fut surprise par la réponse de ses deux nouveaux camarades.

Décidément, ce Perle et cette Cendre-là sont tout un numéro!


Bien que les deux lui disent d'en profiter, puisque c'était une rare marque de respect de la part d'un Perle envers un Cendre, elle préférait tout de même se faire uniquement appeler Elityel. La mademoiselle en elle était morte, en même temps que c'est parent... Bien qu'elle ne veuille pas évoquer ce point avec les deux quasi-inconnus, elle leur dit tout simplement d'un ton plus que sincère:

- Merci à vous deux pour le respect que vous me portez. Cela me touche, mais je préférerais tout simplement Elityel...


Cela étant dit, ils se déplacèrent vers l'écurie. Alors qu’ils commençaient à marcher, Walor lui posa une question...

-Savez-vous montez Elytiel ? Sinon, vous monterez en croupe avec Calypso ou moi.


Sans vraiment y réfléchir elle répondit presque immédiatement.

- J'ai déjà monté... mais c'était il y a longtemps... et je n'ai jamais été doué. Je ne sais pas si je serais à l'aise de monter seule. Cela vous dérangerait-il que je monte avec vous?

En approchant du passage de la Ville Cendre à la Ville Perle, des millions de souvenirs, heureux et triste vint la hanter tout autour d'elle. Les fantômes de sa vie précédente la submergèrent d'envie...

L'envie d'y retourner.
De retrouver son passé...
L'envie de tourner les talons.
De s'enfuir loin de tout...
L'envie...

Elle fut sortie de ses pensées contradictoire lorsqu'elle remarqua qu'elle n'avançait plus. Elle était là, devant la frontière, bien qu'invisible, incapable de la franchir. Incapable de faire un pas. De laisser tout cela et de vivre à nouveaux. Ses yeux croisèrent ceux de Walor et ce dernier lui fit un clin d’œil, tout souriant. Jamais un simple clin d’œil ou un simple sourire ne lui avait fait autant d'effet. Ses peurs, ses craintes, ses fantômes furent bannis de l'entourage. Ses jambes lui obéirent à nouveaux et un léger sourire, plein de gratitude orna son visage. Aucun des deux ne virent la larme qui perla au coin de son œil.
Une larme...
Une seules.
Cette dernière s'écrasa sur le sol, au même moment que son pied, alors qu'elle recommençait à marcher... Comme celle-ci contenait toute l'inquiétude, la colère et le chagrin qu'elle pouvait avoir. Elle se sentait enfin bien...

Ils reprirent la route vers les écuries. Marchant derrière les deux autres, son regard se fixa sur leur nuque, passant de l'une à l'autre. Où est-ce que tout cela la mènerait? A vrai dire, elle s'en fichait... tant qu'elle mangeait et vivait... De plus changer d'air lui ferait du bien. Ce serait comme des vacances.

Arriver à l'écurie, Walor parla avec l'intendant. Elle frissonna lorsqu'elle entendit le mot Armure, mais ne laissa rien paraître aux autres. La dernière chose qu'elle voulait était que l'on s'attarde sur son passé. C'est alors qu'une autre question la pris au dépourvu.

- Et vous, comment cela se fait-il que vous vous êtes retrouvée dans cette taverne ? Vous savez, je suis juste curieux. J'y ai passé quelques années dans cette taverne.


Elle sentit qu'elle s'empourprait légèrement et elle baissa la tête pour tenter de le dissimiler. Elle s'en tint au plus simple... ni un mensonge, ni une vérité absolue... La vérité, mais pas toute la vérité!

- J'avais besoin d'argent pour vivre, pour manger et me vêtir et la taverne avait besoin d'une paire de bras supplémentaire... J'étais au bon endroit, au bon moment!


Cette réplique fut accompagnée par un sourire chaleureux. Puis, la jeune femme, après avoir écouté la réponse du jeune homme, se tourna vers Calypso...

-Savez-vous environ combien de temps durera le voyage, je suis curieuse!?
Revenir en haut Aller en bas
Calypso
Admin
avatar

Messages : 2012
Date d'inscription : 14/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans le monde bleu des rêves

Personnage
Nom de famille: Sinilger
Age: 20
Fonction: Cendre, fou du roi

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Sam 29 Oct - 16:08

- Dites moi, Calypso. Vu que vous êtes le fou du roi, vous devez voir du beau monde, non ? Est-ce que vous croyez qu'il y aurait certains perles intéressés par une machine qui vole ?

Voir du beau monde... Oui. Voir du beau monde, on pouvait le dire. Elle côtoyait les perles, le roi, la princesse, les ambassadeurs... Oubliait-elle exprès le prince ? Non, il ne faisait pas partit du beau monde. En fait, le problème était là. Elle ne faisait que voir du beau monde. Que toucher en surface les gens. Que les faire sourire, s'émerveiller et s'effrayer. Et deux secondes plus tard, elle était oubliée. Oui, elle voyait du beau monde, mais jamais elle ne devenait amie du beau monde. Jamais le beau monde ne rigolait avec elle, jamais le beau monde ne l'invitait, jamais elle ne se détendait avec le beau monde... Bref, elle n'était même pas sûre de pouvoir répondre à la question. Des perles intéressés par une machine pour voler. Sans vouloir le blesser, lorsqu'elle était aux réceptions, elle n'avait jamais entendu une haut juge annoncé d'un voix désinvolte : je serais bien attiré par une machine volante ! Sa place lui faisait côtoyer le beau monde lors des fêtes, et c'était rarement un des sujets de conversation. A, et si, elle voyait aussi du beau monde au conseil... Mais il fallait mieux qu'elle omette aussi le conseil. Le prince et le conseil. Deux choses qu'elle devait à tout prix empêcher d'entrer dans son esprit, au risque de devenir encore plus dépressive. Et puis, même, au conseil, on ne parlait pratiquement jamais des inventions. Il n'y avait pas d'ingénieurs, juste une géographe, une cendre, et le reste de mages cupides et de gouvernants pervertis...

Mais elle ne voulait pas rendre triste le jeune géographe. Ne voulait pas briser son rêve. Il semblait tenir énormément à son idée. Et elle même savait qu'elle détestait lorsque ses rêves ne pouvaient pas se réaliser... Lui dire ce qu'il voulait entendre ne lui coûtait rien. Et puis, si il arrivait à concrétiser sa machine, elle jouerait de ses relations, et entre la princesse et le roi, elle devrait réussir à lui en faire acheter. Mais, alors qu'elle caressait doucement la tête de sa jument, une idée la frappa de plein fouet. Une idée, ou un souvenir. Son père. L'imprimerie. Il devait faire très attention. Elle ne voulait pas une deuxième guerre civile. Même si le contexte, l'invention et le créateur était différent, elle tenait tout de même à la mettre en garde.

- Et bien, je pense qu'en effet, votre futur invention pourrait en attirer certains... Cependant, je tiens à vous mettre en garde. Je sais que tout est différent, et je pense que vous êtes quelqu'un de réfléchit … Cependant, prenez garde à ne pas reproduire l'imprimerie. Oui, je sais, mes craintes peuvent sembler inhabituelles et mal placées... Je tenais à vous prévenir. Quand à vous, Elytiel, nous en avons pour un petit quart d'heure si nous chevauchons au galop. D'ailleurs, je serais plutôt d'avis de ne pas nous éterniser. Ce n'est pas que je n'aime pas les écuries, mais cette bibliothèque secrète a je suis sûre hâte d'être découverte. En route !

Et, sans attendre, la jeune folle enfourcha sa monture, et sortit au galop de l'écurie. Elle adorait dévaler les rues de la cité jusqu'à la porte principale... Elle se sentait alors libre, importante, haute... Un peu perle aussi. Mais bon, pour l'instant, elle savourerait plus tard le fait de chevaucher. Il fallait qu'elle retrouve la bibliothèque. Et cela n'allait pas être une affaire aisée... Le désert changeait, et elle avait peur d'avoir perdu ses points de repères depuis le temps. Elle verrait bien. Et puis, au pire, ils auraient fait une petite balade. Arrivée à l'entrée de la ville, la cavalière prit la direction de l'ouest. Elle se retourna rapidement pour vérifier que Walor suivait. Accompagné de la tavernière, il venait de sortir de la ville. Bien. Maintenant, il suffisait de continuer droit devant, toujours... En direction de la forêt. Environ dix minutes plus tard, elle aperçut un petit arbre mort à sa gauche. Elle avait un peu dévié de sa route. Mais pas assez pour qu'elle soit perdu. Arrivée à l'arbre, elle sauta à terre, et attacha avec soin sa jument. Une fois tout le monde prêt, elle sourit, et annonça :

- Et bien maintenant, nous allons marcher chers amis. Cependant, je ne suis pas sûre, mes notions de géographies étant à désirer... Ou est le nord ? Car nous allons devoir marcher vers le nord... A, et faites attention où vous mettez les pieds, car nous cherchons une trappe. Et oui, une trappe dans le désert, incroyable, n'est-ce pas ?

_________________
Jeune blanc bec repue de ta gloire,
Victime de la mode !
Pauvre barbare fougueuse et tendre
Qui touche à mes lauriers...


Revenir en haut Aller en bas
http://danse-la-vie.skyrock.com/1.html
Walor

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 28/09/2011

Personnage
Nom de famille: Teach
Age: 20 ans
Fonction: Géographe

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Mer 2 Nov - 17:02

La folle du roi suggérait subtilement quelques réflèxions intéressantes. Cette invention profitera t-elle aux cendres ? Walor l'éspéra de tout son coeur. De toutes façons, dans son esprit, il était clair qu'il n'y aurait que très peu de perles à bord. Le seul but du navire était un but purement d'exploration. Et d'aventure aussi, certes. Mais Walor ne voyait pas très bien en quoi cela pouvait nuire à quelqu'un.

Calypso grimpa sur son cheval et s'en alla aussi sec. Le géographe se secoua, monta à son tour et prit la serveuse en croupe. Ils avaient eu un cheval nerveux et un peu boiteux. Surement un coup de l'intendant. Il perd rien pour attendre celui-là.
Mais qu'importe, il fallait suivre le rythme endiablé de Calypso. Elle ne se retourna qu'une seule fois pour voir si ils suivaient, et sa direction prenait celle de la forêt. Walor avait déjà lu des récit pour le moins étrange sur cette forêt. Des récits qui font peur, des récit à ne pas lire la nuit. D'accord, Walor avait huit ans quand sa mère les lui lisaient. Mais n’empêche qu'elles étaient flippantes ces forêts.
Tout à sa concentration, il ne remarqua pas que la serveuse se serrait un peu trop contre lui. En tout cas, plus que la sécurité ne le préconisait. Mais peut-être avait-elle peur ? Après tout, c'était une re-découverte pour elle.

A l'orée de la forêt, devant un arbre mort, Calypso stoppa. Elle attacha sa jument et déclara qu'ils fallaient maintenant marcher vers le nord.
Vers le nord ? Mais c'est en plein désert. Soupir de résignation. N'y avait-ils donc rien qui pouvait se faire à l'ombre ? Non, il fallait toujours marcher en plein caniat. En plus, le géographe s'était fait peur pour rien. Ils n'allaient donc pas dans la forêts, mais dans le désert, où ils n'y avaient rien d'intéressants. A part des cailloux peut-être. Et encore, il fallait les chercher longtemps.

Et ils marchèrent, longtemps. Très longtemps. Du moins, c'était l'opinion de Walor. Il se mit à raler, contre le soleil, contre le sable et même contre un lézard qui se dorait la pilule derrière un rocher. C'était d'ailleurs assez comique de voir pester un petit gaillard contre un pauvre lézard.
Malgré tout, le géographe tenait bien la chaleur. Il marchait à l'aise et son chapeau le protégeait assez bien du soleil. Ce qui ne l'empécha de divaguer. Il voyait des bouteilles danser devant ses yeux. Il essaya d'en prendre une, mais trébucha et se retrouva la tête dans une dune.
La face toute rouge, car le sable était chaud, il s'assit et fouila dans son sac. Et devant les yeux supris des deux filles, il sortit trois verre et une bouteille d'eau.

" Bon, elle doit pas être aussi fraîche qu'au départ, mais ça fait du bien quand même "

En plein milieu du désert, sous le soleil de midi, trois personnages prenaient du bon temps. Un en tout cas, qui s'amusait comme un fou, et qui racontait des blagues sur les fous dans le désert. Singulier me diriez vous. Mais, on pourrait vous répondre que Walor ne dérogeait jamais à cette règle : " Quand on a soif, il faut boire ". A cette règle, ajoutons la règle d'or des Teach : " Tant qu'à boire, autant le faire dans la bonne humeur " !
Revenir en haut Aller en bas
Elityel

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 11/10/2011

Personnage
Nom de famille: Muirenval
Age: 18
Fonction: Cendre (Serveuse)

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Lun 14 Nov - 19:24

Lorsque Calypso grimpat sur son cheval et que Walor se hissa sur le leur, elle eut une petite seconde d'hésitation. Légèrement causé par la peur et l'insécurité. Que se passerait-t-il là bas? Et si nous nous faisions attaquer bar des Quaalin? ou pire encore, par des glauques? L'un d'entre nous savait-il (elle) se défendre? Elle espéra brièvement que ces inquiétudes ne se lisaient pas sur son visage. C'est alors que Walor lui tendit la main pour l'aider à se hisser sur le cheval.
Elle regarda la main.
Acceuillante et rassurante.

Sa propre main se blottit dans celle de l'homme et son regard se fixa dans celui de ce dernier. Le contact était chaud et doux. Agréable. Sans même s'en rendre compte, elle sourit à cet homme qu'elle connaissait à peine et avec qui elle s'apprêtait à entreprendre un voyage. Un sourire joyeux, serein. Sincère. Puis, elle se retrouva assise sur le cheval, derrière Walor. Bien que tout cela lui avait paru être assez long, elle se rendit compte que cela n'avait été que l'affaire de quelques secondes.

Elle se sentit fléchir lorsque le cheval se mit en mouvement et elle s'accrocha au jeune homme. Elle passa bien vite de sereine à légèrement insécure... à cause du cheval. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'en avait pas fait... À vrai dire, la dernière fois c'était avec ses parents... Après quelques minutes elle s'habitua au balancement régulier de la monture et à sentir la musculature du cheval le long de ses jambes. Ses jambes... Elle n'avait pas hâte de débarquer, pour constater qu'elle serait raquer. L'effet d'un long voyage à cheval sur ses jambes était ce qu'elle détestait le plus lors d'un voyage...

Même lorsqu'elle fut réhabituée, elle restât blottie contre le corps de Walor. Le géographe, lui, concentré dans ses pensées et sur la route, ne s'en formalisa pas du tout... Son corps était chaud et le fait d'y être coller lui faisait du bien. À quand remontait la dernière fois qu'elle avait fait un simple calin à quelqu'un? Elle ne sut pas le dire, mais cette étreinte lui rappela à quel point il était agréable d'être avec quelqu'un... De toute la partie de voyage à cheval, elle ne se décolla point. Les yeux fermés en général, le corps contre le dos de Walor et la tête au niveaux de son épaule, elle se sentait bien.

Calypso les devançait et à un certain point, elle s'arrêtât et attacha son cheval, puis leur indiqua qu'il fallait marcher... Elityel ouvrit les yeux et réalisa que leur cheval s'était immobilisé, que Calypso les regardait et qu'elle se tenait toujours contre Walor. Elle rougit légèrement, relâcha l'homme et sauta au sol. Elle se ridiculisa derechef, puisqu'en atterrissant, ses jambes manquèrent de force, fléchirent et elle s'étala sur le sol... Elle rougie de nouveau et invoqua la chaleur à ses compagnon comme raison...

Avant de pénétrer dans le désert elle se cacha derrière un arbre et troqua ses vêtements pour des vêtements moins chaud, soit sa jupe et une camisole simple. Elle revint vers le groupe.

On peut y aller!


Cette déclaration fut accompagnée d'un sourire de Calypso et du soupir de Walor qui n'avait pas l'air d'apprécier le fait d'aller dans le désert. Cette affirmation fut confirmé lorsqu'il se mit à râler. Elityel ne put s'empêcher de rire lorsqu'il s'en pris au petit lézard. Elle pouffa de rire à nouveaux lorsque Walor s'étala, tête première, dans le sable.

Le soleil était haut dans le ciel et tapait fort sur le sol et sur la tête d'Elityel, qui n'avait pas de chapeau. Elle commençait un mal de tête alors que Walor leur proposa à boire.

Bon, elle doit pas être aussi fraîche qu'au départ, mais ça fait du bien quand même

Elityel, surprise, sourie et lança un regard complice à Calypso, puis pris place à la droite de l'homme. Elle accepta avec joie le verre que lui tendit l'homme et le bus quand même vite. C'était exactement ce qu'il fallait. Bien que l'eau n'était pas froide, elle restait extrêmement rafraichissante.

Merci Walor ça fait tellement di bien!

Puis, s'adressant à tout le groupe :

Avons nous des chances de rencontrer d'autre chose que ce lézard ''maléfique''?

Elle insista ironiquement sur le mot maléfique, afin de rire un peu de Walor...
Revenir en haut Aller en bas
Calypso
Admin
avatar

Messages : 2012
Date d'inscription : 14/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans le monde bleu des rêves

Personnage
Nom de famille: Sinilger
Age: 20
Fonction: Cendre, fou du roi

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Sam 26 Nov - 19:11

[encore désolée du retard]

- Bon, elle doit pas être aussi fraîche qu'au départ, mais ça fait du bien quand même

Calypso resta bouche bée. Un verre d'eau en plein désert, alors qu'ils étaient en pleine exploration, à la recherche de sa fameuse bibliothèque secrète... C'était vraiment fort ? Mais qui était finalement ce géographe ? A coup sûr, ce n'était pas quelqu'un d'ordinaire... Quel perle aurait sans discuté pris en croupe sur son cheval une cendre, une serveuse de taverne, dont il ne connaissait rien ? Qui peut-être détestait les gens comme lui, et qui n'aurait pas hésité à le tuer ? Qui l'aurait suivit, elle, une jeune fille cinglée qui n'était pas dans son assiette aujourd'hui ? En plus, dans le désert ? Sans le vouloir, son esprit revint à Vaëln. Qu'aurait-il fait, lui ? Et puis finalement, tout cela importait peu. Ce Walor avait le statut de perle, mais il n'était pas fait pour être mage ou gouvernant. Il n'avait pas la mentalité de sa classe. Et ça faisait chaud au cœur vraiment... Savoir que tout n'était pas perdu. Que le monde n'était pas voué à mourir. Que finalement parmi la classe dirigeante, il n'y a pas que des pourris d'ambition et avide de pouvoir. *Et Aryane dans tout cela ?* Oui, bien sûr, Aryane n'était pas comme les autres, et s'entendrait surement avec lui si ils se rencontraient un jour. Mais jusque là, dans l'esprit de la jeune folle, Aryane était un cas isolé, une femme désespérée qui n'arriverait pas à faire tourner la roue du système. Mais savoir que quelqu'un, enfin, pensait comme elle lui ferait peut-être un peu de bien. Encore fallait-il qu'ils se rencontrent un jour. Et le plus tôt serait le mieux. Car à force de côtoyer le conseil, la vie devient vite très sinistre et assez sinistre... On a l'impression que le monde n'est fait de d'idiots ambitieux, puissants, riches et sans cœur...

Peut-être qu'elle aussi devenait pessimiste et aussi peu sociable à cause de ces imbéciles de perles qu'elle côtoyaient tout le temps ? Pourquoi pendant un instant ne pas se détendre ? Elle était en compagnie d'une jeune servante qui semblait bavarde et tout à fait sympathique, et d'un géographe qui semblait tout juste se passionner pour son métier, vivant normalement, comme tout le monde devrait le faire... Et si elle arrêtait de s'en faire, de penser politique ? Et si elle acceptait ce verre d'ailleurs ?
- Merci beaucoup. Et pour ce qui est de la fraicheur, je t'avoue que cela m'importe peu. Ne dit-on pas qu'une eau froide ne rafraichie pas ?

Ils étaient là. Trois hommes au milieu du désert. Un philosophe aurait surement fit une petit réflexion bien placée. Un voyant en aurait tiré des conclusions. Sur la preuve d'une amitié entre perles et cendres. Sur la preuve de la stupidité de l'homme aussi. Mais aujourd'hui, il ne fallait pas l'oublier, il fallait qu'ils reprennent la route. Elle était là pour montrer la route à Walor, si elle la retrouvait bien sûr. Elle était là pour faire avancer la science, pour permettre l'invention d'une machine révolutionnaire... Ou pas, mais après c'était son problème, pas le sien. Tandis qu'Elityel lançait une vanne à Walor, elle se releva en riant. Elle le laissait répondre, après tout, c'était de lui dont venait cette histoire de lézard... Tandis qu'ils riaient ensemble, la jeune folle ne put s'empêcher de laisser s'installer définitivement ce petit sourire que tout le monde fait en voyant deux amoureux s'embrasser, ce petit sourire du « Oh, c'est mignon !! ». Ils allaient bien ensemble. Peut-être qu'ils ne s'en rendaient même pas compte. Peut-être qu'elle se faisait des illusions. Peut-être que croire que l'amour était encore possible entre perle et cendre la rendait heureuse. Peut-être que leur histoire n'avait jamais commencé, et ne commencerait jamais. Mais bon, elle s'en contre fichait. Elle avait une mission, et prit la parole en retrouvant un air sérieux :
- Allons y, je crois que nous ne sommes normalement pas très loin, et je ne tiens pas à moisir ici.

Ils se remirent à marcher, et soudain, Calypso sentit le sol se modifier sous ses pieds. Elle ne s'était donc pas trompé. Elle avait réussit à retrouver le lieu qu'elle avait découvert il y a longtemps avec Ol'Hil Junil... Que de souvenirs... Elle se rappelait encore. Son ancien professeur voulait sortir pour lui apprendre les acrobaties à cheval, car le sable lui éviterait de se faire trop mal. A ce minuscule détail, elle sourit. Qu'elle avait été crédule à cette époque... Pour une prétendue liberté elle avait prit des coups, était tombée, s'était fait humiliée inlassablement... Aujourd'hui, elle ne le referait pas, elle en était certaine. Ils avaient donc chevauché, discutant de tout et de rien, comme deux amis... Et il s'était arrêté. Pensant que c'était l'endroit qu'il avait choisit, elle avait sauté à terre, atterrissant justement sur cette trappe. Elle s'était bien fait mal, son maître l'avait comme à son habitude ignoré... Rien d'extraordinaire. Puis ils avaient regardé la trappe, et avaient découvert la bibliothèque... Ils n'étaient pas resté longtemps. Elle ne se souvenait même pas distinctement de l'allure de cette bibliothèque sous les sables. Une occasion de redécouvrir.

S'arrêtant, elle se pencha, et chercha dans la fine couche de sable l'anneau qui permettait de soulever la trappe. Elle le saisi, et commença a tirer... Il résistait, et elle n'avait aucuns appuis pour canaliser sa force, à cause du sable... Encore un essai... Et bien non, cela ne marchait pas. Donc elle allait avoir besoin d'aide.
- Walor, il serrait peut-être temps de nous montrer si, en plus de toutes vos connaissances, vous avez de la force, ne pensez vous pas ?

_________________
Jeune blanc bec repue de ta gloire,
Victime de la mode !
Pauvre barbare fougueuse et tendre
Qui touche à mes lauriers...


Revenir en haut Aller en bas
http://danse-la-vie.skyrock.com/1.html
Walor

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 28/09/2011

Personnage
Nom de famille: Teach
Age: 20 ans
Fonction: Géographe

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Mar 20 Déc - 16:33

Pour une bonne ambiance, il y avait une bonne ambiance. Peut-être même que si l'eau avait été du rhum, Walor aurait pu admirer les deux jeunes femme entrain de danser. Mais les nombreux voyage du géographe lui avait appris qu'alcool et durée ne vont pas vraiment ensemble.
Walor racontait ses vannes, Calypso riait et Elytiel se moquait. En voila une qui ne manquait pas de répondant, voilà qui était plaisant, vraiment, à entendre. La plupart des gens sont dénués d'humour, alors quand Walor en rencontrait un, il profitait. Il avait aussi devant lui deux personnes qui savaient profiter des petits instants de plaisir que la vie leur réservait. Et c'était là, surement, plus rare qu'une personne qui a le sens de l'humour.
Bien qu'elle ne s'en rendit pas compte, la serveuse conclut ce petit en-cas par une blague ironique sur les lézards Walor lui répondit, sur un air sérieux :

" Attention ! On ne sait jamais ce que peuvent réserver les lézards. La plupart du temps, on croit qu'ils se dorent la pilule au soleil, mais non, ils observent ! Et quant viendra leurs tours, ils se réveilleront et tous ensemble ils détruiront ce que nous les Hommes avons mis tant de temps à bâtir."

Voyant l'air horrifiée d'Elytiel, il se mit à rire. Rien que pour cette tête là, cela valait le coup d'imaginer une secte des lézards.
Puis la marche reprit, et Calypso s'arrêta devant une dalle, à même le sable. Dans l'esprit de Walor se modélisa une structure en bois, permettant de cacher une bibliothèque et pouvant supporter tout ce sable. Une structure pareille devait admettre une arche assez solide pour contenir des tonnes de sables. Logiquement, il y avait derrière cette dalle une échelle qui descendait sur au moins vingt mètres.

Calypso n'ayant pas pu soulever la dalle, c'est le géographe qui s'y colla. Il prit l'anneau dans ses deux mains, prit ses appuis pour ses jambes et commença à tirer. Il devint tout rouge et s'il ne portait pas une chemise à manche longue, on aurait pu voir tout les muscles des ses bras saillirent. Il souffla un coup, et soudain mis toute sa force dans cette action. La dalle trembla et grinça, puis avec un hurlement déchirant et rouillée s'ouvrit.
Le géographe en lâcha l'anneau de surprise et vola ... dans les bras la serveuse. Ils roulèrent sur deux mètre. Walor ne dit rien, mais lui fit un sourire rigolo. Puis il se releva et aida Elytiel à se relever. Il s'approchèrent les deux de la dalle.

Une échelle descendait dans les profondeurs, et le sol n'était pas visible. Ne voulant pas faire de débat, Walor se résigna à y aller.

"Je commence à descendre. Je vérifie qu'il n'y a pas de danger et je vous appelle. "

La descente fut longue, et la noirceur était vraiment ... noire. L'air était humide et puait la moisissure. Ce qui tira une grimace à Walor. Moisissure et livre font rarement bon ménage. Arrivé en bas, il se battit avec des toiles d'araignées qu'il sentait tout autour de lui. Et avec un étonnement géné, il se rendit compte qu'il avait oublié la torche. Il se mit à crier à l'adresse de Calypso.

"Il fait vraiment noir ! Balance donc une torche et des allumettes."

En attendant, il se promena autour de l'échelle, à l'aveuglette. Il trébucha contre un tube en bois craquant et s'étala contre une structure fait du même bois. Ce qui fit un boucan d'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Elityel

avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 11/10/2011

Personnage
Nom de famille: Muirenval
Age: 18
Fonction: Cendre (Serveuse)

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Mar 14 Fév - 4:23

Lorsque Walor pris un aire beaucoup plus sérieux, alors qu'elle venait de lui lancer une boutade à propos de ses lézards maléfiques, elle tomba dans son pièges et fut horrifiée par ses propos.

-Attention ! On ne sait jamais ce que peuvent réserver les lézards. La plupart du temps, on croit qu'ils se dorent la pilule au soleil, mais non, ils observent ! Et quand viendra leurs tours, ils se réveilleront et tous ensemble ils détruiront ce que nous les Hommes avons mis tant de temps à bâtir.

Puis, un sourire moqueur revint sur le visage plutôt agréable du jeune homme. Elityel sut qu'elle venait de se faire avoir et se maudit intérieurement.

Et après ça on dit que ce sont les femmes qui sont manipulatrice!

Sur cette réflexion comique, ils reprirent leur route vers la fameuse et énigmatique bibliothèque. Lorsque Calypso s'arrêta brusquement de marcher brusquement, Elityel ne vit pas tout de suite la trappe. Puis, regardant de plus près, elle la distingua!

Comment Calypso a-t-elle faite pour la trouver à la base? Et pour la retrouver maintenant? Décidément, cette femme est plein de ressources!

Puis Calypso, sans attendre notre réaction, se mit à forcer sur la trappe. Bien qu'elle était forte, plus qu'Elityel du moins, elle ne put soulever la trappe et demanda à Walor de s'en charger. Ce dernier commença à forcer et devint, quelque seconde plus tard, tout rouge. La trappe refusait de bouger. Walor relâcha un peu son étreinte afin de reprendre ses forces. Elityel s'avança vers lui pour l'aider à tirer et en s'avançant elle lui dit:

-Et bien, on dirait que...

Sa phrase fut coupée par Walor qui lui tomba dans les bras après avoir tiré d'un coup sec sur la trappe qui s'était ouverte plus brusquement que prévu. Ils roulèrent tous deux sur le sol. Le sable amortit leur chute, ce qui fit en sorte qu'aucun des deux ne furent blesser. Vu de l'angle de Calypso, la scène pouvait même être assez cocasse... Alors qu'il était au sol, Walor se tourna vers elle et lui fit un petit sourire qui la fit instantanément sourire à son tour. Ce dernier se releva et lui tendit la main pour l'aider. Elle prit la main qu'il lui offrait et se releva en riant. Puis, alors qu'ils étaient tous deux debout, elle réalisa qu'elle n'avait toujours pas lâché sa main. Elle la lâcha brusquement, rougie et balbutia un ''Merci'' inintelligible. Elle S'approcha de la trappe pour masquer sa gêne. Walor lui emboita le pas.

-Je commence à descendre. Je vérifie qu'il n'y a pas de danger et je vous appelle.

Elityel hocha la tête en guise de réponse et Walor s'enfonça dans les profondeurs du gouffre humide. Quelques secondes plus tard, Walor disparue dans l'ombre... Quelque chose clochait... Puis lorsqu'il demanda une torche elle réalisa que c'était cela qui clochait! Elle se tourna vers Calypso.

-Si j'avais une torche, elle est restée sur le cheval. Ma...

Le reste de la phrase fut enterré par le boucan que causa Walor dans le trou. Elityel s'inquiéta.

-Walor, est-ce que ça va? Walor?



-------
PS: VRAIMENT DÉSOLÉE POUR CE LONG TEMPS D'ATTENTE!!!!! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Calypso
Admin
avatar

Messages : 2012
Date d'inscription : 14/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans le monde bleu des rêves

Personnage
Nom de famille: Sinilger
Age: 20
Fonction: Cendre, fou du roi

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Ven 17 Fév - 12:53

- Je commence à descendre. Je vérifie qu'il n'y a pas de danger et je vous appelle.

Calypso afficha un grand sourire et secoua la tête. Pourquoi fallait-il que tout les hommes essayent de jouer les gentleman ? Pourquoi pensait-ils qu'ils devaient aider et protéger les demoiselles ? Surtout que Walors allait s'en mordre les doigts. Elle devait le rattraper, l'empêcher de descendre. Il n'y avait aucun danger pour elle, mais pour lui, il risquait... Et puis mince, quoi de mieux pour lui faire comprendre de ne pas faire l'idiot pour les yeux d'une jeune fille qu'une bonne leçon ? Oui, ils allaient bien rigoler. Walor avait disparu par l'échelle... Comme Ol Hil'Junil quelques années au paravent...

*Flash *
- Pourriez vous juste m'expliquer ce que nous faisons là au juste ? Sans vouloir la ramener, le désert est très beau aujourd'hui, mais nous nous éloignons un peu trop des chevaux... Si le vent se lève, nous risquons d'être perdu dans cette immensité, et...
- Calypso, tu parles trop, si tu tenais ta langue et observait, tu comprendrais entre autre pourquoi je viens de m'arrêter.
La jeune folle rougit. Elle déteste quand son mentor la rabaisse ainsi. Elle a toujours un peu de mal, il n'est qu'un cendre et elle une perle... Mais elle se tait, observe autour, mais ne voit rien. Lui la regarde avec ces yeux qu'elle déteste. Ceux qui pétillent de malice. Elle ne supporte pas de voir des gens sourire et rire ainsi alors qu'elle n'est plus rien. L'artiste se lasse, et dévoile son secret. Il se penche, pose sa main dans le sable, et c'est alors qu'elle voit enfin l'anneau, et la trappe. Elle a vraiment perdu la vue depuis cette nuit d'horreur... Il la soulève aisément, faisant tourbillonner un impressionnant nuage de sable. Puis il met les pieds ses les premiers échelons de l'échelle, s'agrippe à une des rampes, et se laisse glisser rapidement. Plus aucun bruits.
- Alors, tu viens ou tu attends dehors ?
- Euh, dois-je vous signaler qu'il fait totalement noir là dedans ?
- Depuis quand les fous ont-ils besoin de lumière ? Allez, descend.
L'apprentie folle inspire un grand coup, et commence à descendre. L'air empeste la moisissure, et elle ne voit rien. Elle arrive en bas, et plus de lumière... Maudit fou !
- Ol Hil'Junil ??

Soudain, un faisceau de lumière lui arrive en pleine figure.
- Demoiselle, la lumière ne peut apparaître que dans le noir, et la connaissance ne peut vivre que dans le désert de l'ignorance. Retient bien et suis moi.
*Flash *|

- Il fait vraiment noir ! Balance donc une torche et des allumettes.

Et voilà. Tandis qu'Elityel se penchait et demandait à Walor si il allait bien, la jeune folle rigolait. Si son maître n'avait pas fait entré la lumière, elle aurait surement trébuché à son tour. Non, on ne prend jamais de torche ou d'allumette dans une bibliothèque, au risque de brûler la connaissance... Elytiel s'apprêtait à descendre à son tour. La folle du roi l'aurait bien laissé faire rien que pour rigoler un peu, mais si ils cassaient quelque chose dans le noir, il se pouvait que toute l'expédition soit fichue. Retenant par l'épaule la tavernière, elle lui annonça, ainsi qu'à Walor :
- Ne bougez pas, surtout toi Walor. Elityel, suis moi, et laisse ouverte la trape derrière toi.

Elle plaça un pied sur la marche, et hésita soudain. Serait-elle capable de faire la descente à la manière de son disparu prédécesseur ? Autant essayer, et puis au pire elle rejoindrait Walor dans sa chute ! Elle posa ses mains sur le côté de l'échelle, s'assura que les barreaux de la gênaient pas, et elle lâcha les pieds. Voilà, elle était suspendue à force des bras... Déserrer les mains, ne pas avoir peur... Et voilà, elle glissait ! Elle arriva en bas indemne, et ferma alors les yeux. Il fallait maintenant qu'elle localise le géographe pour ne pas lui marcher dessus, et l'emplacement si important... Il se remettait debout à droite, tout allait bien. Un pas, un deuxième, elle plaça ses mains pour chercher le mur... Là ! Une surface lisse, voilà, elle tenait sa source de lumière. Derrière elle, Elityel venait de quitter l'échelle. Calypso se retourna. Surtout ne pas ouvrit les yeux, ou elle perdrait ce minuscule souvenir... C'est alors qu'elle buta contre une pierre assez haute et imposant. Impeccable. Elle plaça la surface lisse sur la pierre, puis l'inclina petit à petit... Et soudain, une immense lumière irradia toute la pièce de pierre. Elle ouvrit des yeux pétillants de malice. Et regarda les deux autres qui étaient stupéfaits. Allait-elle leur expliquer que par un habile jeux de miroirs, des ingénieurs avaient réussit à illuminer une pièce souterraine ? Il suffisait de rajouter le dernier miroir, et tout s'illuminait soudain. Non, ils le voyaient surement d'eux même. Une seule phrase lui vint alors à l'esprit. *Je n'aurais jamais pensé que je te ressemblerait un jour à ce point... Si seulement tu pouvais être là à mes côtés aujourd'hui ! *

- La... La lumière ne peut apparaître que dans le noir, et la connaissance ne peut vivre que dans le désert de l'ignorance. Suivez moi, par cette porte nous accèderons à la bibliothèque.

_________________
Jeune blanc bec repue de ta gloire,
Victime de la mode !
Pauvre barbare fougueuse et tendre
Qui touche à mes lauriers...


Revenir en haut Aller en bas
http://danse-la-vie.skyrock.com/1.html
Walor

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 28/09/2011

Personnage
Nom de famille: Teach
Age: 20 ans
Fonction: Géographe

MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   Dim 19 Fév - 19:23

[HRP : Ha c'est malin, voila que je me met au souvenir aussi ^^ HRP]

Dans la noirceur de ce lieu, une petite voix se fait entendre. Prématurément usée par le temps, elle reste douce et jolie. Elle semble venir de si loin et de si haut que Walor se demande si elle est bien réelle. Il lève les yeux, et les baissent aussitôt, éblouis. Un rond de lumière se détache tout en haut. Serait-ce un ange qui parle ainsi ? Walor est bien en peine de le dire, surtout qu'il se souvient qu'il ne croit pas aux anges. D'ailleurs il se souvient de beaucoup de chose. Qui lui reviennent en vagues déferlantes. Le géographe entend un bruit de glissement, un bruit moite de chair poisseuse contre le métal rouillé. Il entend mais ne se souvient plus. Que fait-il donc la ? Un bruit souple de réception puis le bruit de frottement soyeux du mouvement de deux jambes.
Soudain, c'est la souffrance. Elle part du bas du dos et remonte jusqu'au cou. Elle remonte, lancinante et douloureuse comme la première fois. Walor se souvient. Une troupe de grands hommes aux cheveux longs et sales. Il se recroqueville. Des êtres qui puent la sueur et le sang. Il gémit. Un éclair brillant de la lame qui s'abat. Il se tient la tête entre ses mains. Il faut protéger le livre. Le livre. Ou est-il ? Mais ou est-il ?

Quand Walor relève la tête. Il fait jour. Ou plutôt, il ne fait plus nuit. Devant lui, Calypso le regarde bizarrement. Elytiel aussi. Mais quand sont-elles descendues ? Walor grommelle puis se met péniblement debout.

" Mais pourquoi je suis par terre entrain de compter les pâquerettes ? D'ailleurs y'a pas de pâquerettes y'a que des bouts de bois. "

Des bouts de bois reliés entre eux par des clous. D'ailleurs, s'il se souvient bien on appelle ça une échelle. Voila c'est ça, une échelle. Yen a pas qu'une d'ailleurs. Il y'en a des dizaines, des tordues, des pliables, des marrons, des rouges, des qui s'élèvent plafond, d'autres qui s'enfoncent dans le sol. Tout cela forme un une jungle, et les trois compagnons en sont au centre. L’échelle qui les a amenés en bas est jaune. Pratique, au moins ils sauront par laquelle repartir. A bien y regarder, c'est une petite échelle. Walor se souvenait pourtant qu'il avait descendu bien plus longtemps que ça. Ha oui, un tunnel qui descend. Encore un délire d'ingénieur.
Revenons à nos moutons.

" Jolies. Qu'est ce que je foutais par terre ? "

On lui raconte, puis avec un grand sourire, Elytiel lui montre du doigt le mur.

" Un mur. Très bien, je le vois. Un beau mur, d'ailleurs. Avec des bandes marrons. Drôle de déco. On dirait presque que ce serait ... "

Walor en resta bouche bée de stupéfaction. Les murs étaient remplis d'étagères qui elle même étaient remplies de livres. Ce qui en faisait un bon paquet. Peut-être même que les échelles menaient à d'autres endroits remplies eux mêmes de livres. Walor n'eut pas le temps de demander, car il sauta de joie sur Calypso, qui le rattrapa de justesse.

" Mais c'est magnifique ! Extraordinaire, mirifique, généralissime, supercalifragilisticexpealidocious "

Il hurla sa joie. Une joie telle qu'il prit Elytiel dans ses bras et la fit danser. Puis il la serra fort dans ces bras. Ensuite, il s'assit par terre et demanda à la serveuse de l'assister. Il lui déclara avec solennité qu'elle était désormais assistant crayon d'un Géographe. Devant son air qui se peinait, il lui fit un clin d'oeil en rajoutant c'était toujours mieux que serveuse. Elle sourit, se rappelant peut-être que le Géographe s'amusait beaucoup à se moquer, en particulier de lui même. L'auto-dérision est un art qui permet, en se moquant de soi même, de se moquer du monde. Car nous faisons parti de ce monde. Car bien sur, dans ce simulacre de cérémonie que les perles appréciaient tant, Walor ne visait pas du tout la jeune Cendre.

Walor commença a dessiner le plan de la bibliothèque et de ces nombreuses échelles, cela allait surement les aider. Quand il eut finit, il se tourna vers Calypso qui visiblement en proie à de vifs souvenirs errait de ci de là.
Avec une pointe d'ironie dans la voie pour la réveiller, il lui demanda :

"Hum, et maintenant ? Comment on le trouve ce livre ? "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vol et autre nid de coucou [PV Calypso et Elytel]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Calypso.
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Âmes Croisées :: Partie RPG :: L'extérieur-
Sauter vers: