Les Âmes Croisées

Jeu de RPG pour ceux qui ont toujours voulu faire partie du monde Des Âmes Croisées de Pierre Bottero
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Récit d'une historienne

Aller en bas 
AuteurMessage
Calypso
Admin
avatar

Messages : 2012
Date d'inscription : 14/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans le monde bleu des rêves

Personnage
Nom de famille: Sinilger
Age: 20
Fonction: Cendre, fou du roi

MessageSujet: Récit d'une historienne   Dim 15 Mai - 13:03

" Je me souviens encore... C'était il y a longtemps, une quarantaine d'année à peine... Nous étions alors insouciants et inconscients. Comme toutes les Perles de mon âge, j'étais aspirante à l'académie. Nous étions alors tous prétentieux, et ivre de notre bonheur. Nous espérions nous élever au dessus des autres, et atteindre la Robe qui nous convenait. A cette époque, il y avait encore dix choix possibles.

Les aspirants pouvaient, à la fin de leurs études, demander à être Gouvernant, Magistrats, Ingénieurs, Guérisseurs, Mages, Historiens, Géographes, Prêtres, ou Scribes, les neufs robes qui contrôlaient notre ville d'AnkNor. Et puis, il y avait aussi le dixième choix, le choix non d'une robe, mais d'une armure. Durant tout le temps que j'ai passé à étudier à l'académie, je n'avais qu'un seul but en tête : obtenir la robe des historiens. Mes deux amis, Nawel et Ergaïl, ne m'avaient bien sûr pas révélé leurs choix, puisqu'il devait rester secret, mais lors de la cérémonie où nous avons annoncé nos vœux, j'appris que Nawel, qui semblait prédestinée à la robe des mages, avait choisi de porter l'armure, et qu'Ergaïl, que j'aimais secrètement, avait bien sûr choisit la robe des gouvernants, puisqu'il était le neveux et seul héritier du roi...

Quelle était belle cette époque ! Devenue historienne, je commençais mes recherches sur les Anciens, un peuple disparu depuis longtemps qui nous avait précédés, et qui nous avait laissé des héritages grandioses, au niveau artistique et technologique. Nawel, quand à elle, se forma pour devenir une combattante aguerrie, digne de porter l'armure, une entité vivante qui se moulait comme une armure sur le corps, et qui permettait d'éviter la plupart des coups et des chocs. Je découvris à cette époque que les sentiments d'Ergaïl pour moi étaient réciproques, et, malgré sa famille qui s'y opposait, nous avons alors commencé une relation amoureuse. Peu après, des créatures difformes commencèrent à sortir d'une porte dans la cité des Anciens, et Nawel partit la refermer, et y laissa sa vie.
Nous vécument alors trente ans de bonheur relatif, ponctué de temps en temps par des attaques barbares aux frontières, et d'escarmouches avec les glauques...

Puis vint ce que je pourrais appeler le chaos. Tout commença par l'invention d'un ingénieur très connu, Don Reglinis, de l'imprimerie. Elle était certes encore basique, mais très vite tout le monde s'arracha les premiers livres imprimés, et en l'espace de deux ans, les classe des Scribes se retrouva sans travail. Les gouvernants auraient pu prendre des mesures, leur trouver une fonction... Mais Ergaïl et les Magistrats décidèrent de tout simplement faire disparaître cette robe désormais inutile. Ce fut notre premier désaccord avec Ergaïl. Cependant, cette décision ne passa pas aussi bien que prévu, et les anciens scribes, désormais privés de travail, condamnés à devenir de simple cendre, commencèrent à mener un mouvement de révolte.

Les armures furent priées de regagner la ville pour aider à contenir l'émeute, et au sein du gouvernement, on se disputait, magistrats condamnant gouvernants d'avoir eu une mauvaise idée, mages insultant les magistrats qui avaient votés la loi, gouverneurs demandant aux mages de ne pas se mêler de leurs affaires... Et les géographes qui jouaient les sociologues, demandant de discuter avec les cendres, et les historiens râlant que leurs recherches étaient ralenties, et les ingénieurs criant à la catastrophe car il y avait de la destruction de matériel, et les prêtres intervenant en disant de faire la paix, car selon la déesse, la dispute était à prohiber, et les guérisseurs qu'on traitait d'incompétents car ils ne soignaient pas assez vite et assez bien... Bref, c'était l'anarchie. Les armures rentrèrent en ville, et après un bain de sang, tout rentra finalement dans l'ordre... Enfin, en apparence.

Chez les cendres, la révolte n'était pas éteinte, juste ensevelie, et comme les armures avaient désertés le front, les barbares renforcèrent leurs attaques, et commencèrent à prendre du terrain... Chez les perles, tout le monde criait au scandale, contre les gouvernants et les magistrats qui ne prenaient pas de bonnes décisions... Et finalement, ce qui devait arriver arriva : on trouva un bouc émissaire, les magistrats, et tout le monde se déchaina sur eux, cendres et perles unis dans un même combat. Il y eu des condamnations à mort, des exils, et finalement, les classes des magistrats disparu à son tour, les gouvernants prenant leurs fonctions.

C'est alors qu'un événement dramatique arriva, pour moi et pour la ville d'AnkNor. Ergaïl mourut. Personne ne sut comment, mais beaucoup pensèrent à l'empoisonnement. Et nous n'avions pas d'enfants, pas d'héritiers potentiels du trône. On pensa à faire des élections, mais les mages et les gouverneurs se disputaient le pouvoir, tandis que les armures étaient décimées au combat contre les barbares. Finalement, on choisit un cousin germain, qui secondait déjà mon ancien amant et qui prit sa place. De plus, depuis plusieurs jours, les prêtres ont mystérieusement disparus. Les géographes et nous, les historiens, avons décidés de nous consacrer à leur recherche, puisque tandis que les mages et gouvernants se disputent le pouvoir et que les guérisseurs et les ingénieurs vont se rendre sur le front pour aider les armures, il faut bien que quelqu'un s'occupent de rechercher les prêtres... Maintenant, c'est à nous d'écrire l'histoire, et de mener à bien ces différents projets...

Extrait du journal de Philla

_________________
Jeune blanc bec repue de ta gloire,
Victime de la mode !
Pauvre barbare fougueuse et tendre
Qui touche à mes lauriers...


Revenir en haut Aller en bas
http://danse-la-vie.skyrock.com/1.html
 
Récit d'une historienne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Âmes Croisées :: Bibliothèque :: Segments initiaux-
Sauter vers: